Ouest France du 15 septembre 2015

Sous les bombes, la force de l’espérance

 

Alors que la Syrie se vide par millions de ses habitants, Sœur Thérèse y retourne Après s’être reposée dans son pays des Côtes d’Armor, elle va retrouver les malades de l’hôpital Saint-Louis, fondé en 1914 par la Communauté de l’Apparition.

P1030049

 

« A Alep, il faut faire vite pour traverser la place de la poste, à cause des tireurs d’élite. Impossible de ramasser les corps qui tombent sans être touché. La nuit, on en tend les explosions et on reçoit des blessés. Il faut les opérer sur le champ ! »a

Elle est frêle Sœur Thérèse. Pourtant ni les tirs ni les bombes ne l’empêchent de faire ses bagages pour retourner au chevet des malades de l’hôpital d’Alep où elle vit depuis 51 ans : « J’avais 20 ans. C’était désertique. Puis, le barrage sur l’Euphrate a été construit. Il donnait l’électricité et  l’eau. C’est devenu vert. »

Alep qu’elle a vu se développer pendant 50 ans est aujourd’hui dévasté. »Les immeubles sont éventrés, la grande mosquée, les églises, les souks sont ravagés. La vie est partie. Beaucoup s’en vont. Mais pour tous ceux qui restent c’est la galère. »

P1030048

Les rebelles, qui occupent une partie de la ville, privent d’eau et d’électricité l’autre partie. «L’eau manque parfois pendant 10 jours. C’est invivable avec à plus de 40°. L’église a creusé des puits pour que tous, quelle que soit leur religion, s’approvisionnent. Les habitants s’équipent de générateurs. Les ampères qu’ils achètent, à l’heure, coûtent de plus en cher.. Chaque jour ils cherchent de quoi se nourrir. Ils sont fatigués. Ils perdent courage. » Des enfants perdus ou orphelins errent dans la ville.

Depuis trois ans, Alep tremble sous les bombes. « Ce fut un enchainement progralmmé de destructions. Des combattants étrangers sont arrivés, drogués, formés à une idéologie abolissant tout ce qui lui est contraire.» Explosions prises d’otages, vols, décapitations :la terreur s’est emparée d’Alep, sans nouvelle des deux évêques enlevés.

Beaucoup, d’étrangers sont partis. Mais les six religieuses ont décidé de rester. « Nous ne voulons pas abandonner les gens dans la souffrance. Nos médecins nous disent : »Heureusement que vous êtes là, vous nous soutenez ! »

Ellestiennent bon sous les bombes. Des obus ont endommagé l’hôpital. Celui qui est tombé sur le toit, aux pieds de la statue de Saint Joseph, n’a pas explosé ! La solidarité s’organise :une caisse de secours pour soigner les pauvres est créée. «Les dons des lecteurs d’Ouest France(50.000 euros)ont aidé à acheter un scanner», remercie Sœur Thérèse. Mais la maintenance et le fuel coûtent de plus en plus cher.

L’hôpital fonctionne sans arrêt. Même s’il ne reste plus que 70 soignants, moitié moins qu’en 2012. Beaucoup ne peuvent plus vivre. D’autres, menacés par les islamistes ont dû fuir.Ceux qui restent, bravent tous les dangers pour venir au travail : «Aucune famille n’a été épargnée, déplore-t-elle. Elles pleurent toutes la mort de l’un des leurs.»

Les religieuses accueillent tous ceux qui frappent  à leurs portes : riches, pauvres, chrétiens, musulmans….Car «Jésus est venu pour tous. C’est l’espérance qui nous mène à sa suite. C’est pour la donner aux autres.»

Leur réputation est telle que l’on vient s’y faire soigner de Raqqa, le fief de Daech : »Les musulmans eux-mêmes n’y sont pas heureux, constate-t-elle. Ils sont obligés de se laisser pousser la barbe, de voiler leurs femmes,.ils ont peur…..Sous Daech, ils trouvent que la vie est pire que sous le régime de Bachar el-Assad. Que cesse cette guerre qui détruit des vies ! Ouvrez les vrais yeux, ceux de la tolérance. Regardez les gens, ce sont des personnes humaines. »

Sur la colline de Malabry où elle est née, le regard se porte loin, très loin. Vendredi, Sœur Thérèse s’envole pour Alep : « Que va-t-il arriver ? Alep sera-t-elle prise ? A la grâce de Dieu. » On est rempli d’admiration en voyant sa frêle silhouette retourner volontairement dans l’antre de la barbarie rugissante sans autre protection qu’une grande douceur, une foi profonde et une espérance bouleversante.